Promouvoir une finance durable après la crise

La pandémie Covid-19 a déséquilibré tous les aspects de la vie. Elle a conduit vers une crise sociale et humaine importante et qui a grandement impacté la croissance économique. Toutefois, de nombreuses initiatives ont été déployées afin d’utiliser toutes les ressources en vue d’instaurer une finance durable. Que ce soit dans le secteur public ou privé, des stratégies ont été élaborées afin de faire face à la crise causée par la pandémie.

Investissement pour une finance responsable

Outre les conséquences néfastes du Covid-19 sur le plan humain, et social, les investissements ne sont pas épargnés. Cependant, sur le plan économique, la crise causée par la pandémie Covid-19 pourrait être considérée comme un nouvel espoir pour la reconstruction d’une économie globale durable et égalitaire.

À cause d’épidémie, la crise a dévoilé les inégalités notamment en termes de revenus, d’accès à l’énergie, l’éducation, les violences familiales, et autres.

Ainsi, des investissements et des systèmes d’intervention rapide ont été nécessaires afin d’appuyer les sociétés. Les gouvernements et les investisseurs ont apporté les fonds indispensables pour soutenir toutes les actions.

Ces derniers temps, nombreuses ont été les banques qui ont émis des obligations sociales. Entre autres, la NIB ou Banque Nordique d’investissement a été la première qui a émis une obligation sociale en vue de financer les systèmes de santé et de diminuer les impacts de la pandémie sur le plan social et économique notamment sur le marché européen.

Il en est de même du BEI ou Banque Européenne d’investissement qui a émis un sustanaibility awareness bond en vue d’apporter son soutien aux entreprises européennes, dans le domaine de la santé et l’économie.

De manière générale, les enjeux du Covid-19 constituent une occasion pour les investisseurs de focaliser leurs actions dans le soutien aux entreprises de santé ou autres organismes de développement. Cela vise essentiellement à atteindre les communautés les plus vulnérables. L’économie en sera globalement soutenue.

Favoriser la finance verte

L’établissement d’une économie plus verte est en vue. Notamment, les investisseurs ont la possibilité d’allouer leurs fonds vers des entreprises détenant des valeurs durables afin d’assurer leur sécurité et de contribuer aux efforts déployés pour la protection de l’environnement.

Par ailleurs, après la crise, les entreprises auront l’opportunité d’étudier leurs chaînes d’approvisionnement. En l’occurrence, nombreuses ont été celles qui ont remarqué la baisse de la pollution suite aux mesures de confinement. Cette crise a grandement aidé à comprendre le rôle que joue l’appui à la transition énergétique dans la décarbonisation des principaux sources de CO2.

Aussi, elle a éclairci les nouvelles opportunités à saisir. Entre autres, les entreprises qui dépendaient d’approvisionnement issues d’autres pays ont dû chercher les moyens eux-mêmes les solutions pour poursuivre la production.

De ce fait, la crise a permis aux différents pays du monde entier d’ajuster leurs chaînes d’approvisionnement. En l’occurrence, cela favorise une chaîne plus courte. Pour la production alimentaire, les matières premières viendront des cultivateurs locaux. Les voyages deviendront plus écologiques. Les politiques se focaliseront un peu plus sur le plan social notamment en soutenant une production locale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *